Menu

Le burn-out parental,

Le burn-out parental toucherait 5 à 8 % des parents. De plus, 20 % risqueraient d’être concernés par ce phénomène. L’isolement et le manque de personnes-ressources en sont des facteurs aggravants. Le soutien à la parentalité constitue une des missions fondamentales de l’Office de la naissance et de l’enfance (ONE).

Capture21

Le problème avait déjà été soulevé sous l’ancienne législature. La ministre en charge à l’époque se disait consciente de la problématique du burn-out parental et précisait que l’ONE avait notamment développé un programme destiné aux parents, sous la forme de groupes de parole.

Alors, qu’en est-il à l’heure actuelle ?

J’ai donc interrogé la Ministre Bénédicte Linard afin de faire le point sur la situation car je pense c’est un sujet qui mérite d’être suivi de près.

  • Combien d’associations de ce genre existe-t-il en Fédération Wallonie-Bruxelles ?
  • Beaucoup de parents y participent-ils ?
  • Quelles sont les éventuelles difficultés vécues ?
  • Le site www.parentalite.be devait être créé, qu’en est-il ?
  • Le burn-out parental devait être inclus dans la formation des travailleurs médicosociaux (TMS) Où en sont ces projets ?
  • D’autres sont-ils prévus ?
  • L’ONE devait analyser le site « www.parentabout.be »  afin d’imaginer ce qui pourrait être instauré pour l’ensemble de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
  • Quels sont les résultats de l’étude de l’ONE ?
  • Des mesures seront-elles prises ?
  • Quelles informations concrètes et utiles un parent en détresse peut-il trouver sur la version actuelle du site de l’ONE?

 

5

Voici un extrait des réponses de Madame la Ministre :

Le burn-out parental est un problème qui touche de nombreux parents. Il se manifeste par le sentiment d’épuisement, la distanciation affective vis-à-vis des enfants et la perte d’efficacité et d’épanouissement dans son rôle de parent. Il peut avoir des conséquences graves non seulement pour le parent, mais aussi pour son couple, pour sa relation avec ses enfants et parfois pour les enfants eux-mêmes. Il me semble important de situer ce phénomène dans un contexte plus global d’évolution de notre société, qui nous épuise en exigeant toujours plus de chaque individu, toujours plus vite, et dans laquelle les conditions de vie et de travail ne cessent de se dégrader.

Face à cette situation, qui s’ajoute à de nombreuses autres difficultés, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles entend soutenir les familles concernées en protégeant et en améliorant les services d’accompagnement familial. Je considère également que les pistes de réflexion sur les dispositifs à déployer pour éviter de
tels drames doivent s’inscrire dans un dispositif général de prévention et d’accompagnement des familles dès la période périnatale, avec une attention particulière pour les familles en difficulté.

Retrouvez l’intégralité de mon intervention en cliquant sur ce lien (p36).

 

 

 

 

Laisser un commentaire