Menu

Stop à la destruction des invendus non alimentaire !

bon

Trouvez-vous qu’il soit normal qu’au XXle siècle, des entreprises jettent ce qu’elles viennent de produire ?

J’ai visionné une enquête en caméra cachée, diffusée sur M6 : cette enquête révèle qu’Amazon, le géant de la vente en ligne, organise la destruction de millions d’articles invendus, ce qui est extrêmement choquant.

En France, le Sénat a voté, le 25 septembre dernier, l’interdiction de la destruction des invendus non alimentaires tels que les vêtements, les chaussures, les produits d’hygiène ou de beauté ou encore – ce ne sont que quelques exemples – les articles électroménagers.

Ce projet de loi vise à lutter contre le gaspillage et à doper l’économie circulaire. Il crée une obligation de réemploi incluant le don, de réutilisation ou de recyclage des produits neufs invendus. Cette obligation s’applique aux producteurs, aux importateurs, aux distributeurs, y compris – et c’est important – pour la vente à distance. L’objectif est donc d’éviter qu’à l’avenir des produits neufs invendus finissent à la décharge ou à l’incinérateur. Il est vrai que beaucoup de choses ont déjà été mises en place d’un point de vue environnemental en Wallonie mais on peut encore faire mieux.

On ne peut pas continuer à faire semblant que cela ne se passe pas. Des millions d’articles sont produits, sont fabriqués, sont manufacturés et ensuite ne sont pas vendus et filent en fin de compte à l’incinérateur. Je ne trouve pas ça normal et je ne suis certainement pas le seul…

Capture1.PNG

J’ai interrogé la Ministre de l’Environnement, Mme Tellier, et je suis heureux de savoir qu’elle va envisager de prendre les dispositions nécessaires pour obtenir prochainement les éléments d’analyse indispensables, à travers notamment la phase de diagnostic d’une étude qui vient de démarrer et qui est destinée à préparer un accord-cadre avec le secteur de la distribution en matière de prévention des déchets.

Je ne manquerai pas de tenir ce dossier à l’œil.

Pour en savoir plus sur mon intervention :

Voici l’extrait intégral en page 7

Voici le lien vers la vidéo de mon intervention (à la minute 44.22)

Laisser un commentaire